Edito

Le congrès 2020 a été perturbé, c’est peu de le dire. Aussi bien sa préparation dans l’incertitude permanente, que la gestion simultanée de la pandémie et finalement son annulation ont été un long chemin de croix. Notre détermination n’en a pas pour autant été affectée. Dès la fin novembre l’organisation de la première session SOFCOT Live a été un succès qui nous a rasséréné. Les sessions qui ont suivi, que ce soit les conférences d’enseignement ou la session du CJO ont attiré de nombreux collègues. Il ne fait plus aucun doute pour nous que les congrès à venir vont devoir s’adapter et sans doute devenir « hybrides » avec une partie « distancielle » et une autre « présentielle » et c’est précisément sur cette dernière que nous voudrions insister car il nous semble important de pouvoir se retrouver tous au mois de novembre 2021. Nous avons préparé ce programme avec la contribution des toutes les sociétés partenaires et associées pour équilibrer au mieux les sessions entre la journée de spécialité et le congrès proprement dit et nous les remercions beaucoup de leur investissement. Nous avons décidé de reconduire le congrès 2020 dans sa presque totalité et de ce fait notre éditorial de l’année dernière reste d’actualité.

En effet, il apparaît de plus en plus évident que dans les 10 à 15 ans à venir, c’est-à-dire demain, la pratique de notre profession va être profondément remaniée. L’irruption de plus en plus évidente du numérique et de l’intelligence artificielle va impacter notre pratique professionnelle. Les grands secteurs concernés, sont l’éducation, le transport, la sécurité et bien sûr, la santé. C’est pour cette raison que nous avons choisi «l’intelligence artificielle et le digital au service de l’orthopédie» comme thème du 95e congrès de la SOFCOT, qui aura lieu du 9 au 11 novembre 2021.Il ne serait pas étonnant que d’ici une quinzaine d’années, la traumatologie routière ait considérablement diminué, que certains paraplégiques remarchent à l’aide d’exosquelette, que nos planifications opératoires et nos interventions se fassent à l’aide de logiciels 3D, de lunettes de réalité augmentée et de l’utilisation d’instruments sur-mesure fabriqués par des imprimantes 3D, que nos patients et peut-être aussi nos prothèses soient connectées, et que la collection de toutes ces données de santé permette des analyses jusque-là inenvisageables. Ce virage technologique, nous devons nous l’approprier. Plus que jamais, la présence des plus jeunes nous paraît indispensable. Ce sont eux qui auront les plus grandes facilités à manipuler et à se servir de ces nouvelles technologies et c’est l’un de nos objectifs prioritaires que de réunir à l’occasion de ce congrès le plus grand nombre de jeunes orthopédistes. C’est pourquoi nous avons prévu pour eux, des sessions encore plus nombreuses que précédemment. Les workshops organisés, ont été un véritable succès en 2019 et vont être reconduits. Nous prévoyons d’en faire trois, de niveaux différents pour les internes de phase socle pour ceux qui sont en phase d’approfondissement et pour ceux qui sont en phase de consolidation. Ces workshops seront précédés de séances très pratiques et interactives. La table ronde du CJO sera consacrée à l’apport de l’intelligence artificielle dans la formation des internes en orthopédie. Enfin, nous avons demandé aux sociétés associées et partenaires d’inclure si possible dans leur programme de spécialité des sessions courtes de mise au point, de mini débat, de flash vidéo dont sont friands la plupart des participants et notamment les plus jeunes. Néanmoins, l’enthousiasme et quelquefois l’aveuglement, liés à ces nouvelles technologies, nécessitent un peu de recul et il nous semble que c’est là le rôle des plus anciens d’entre nous. Ainsi, le cercle Nicolas Andry organisera une table ronde sur « Éthique, humanisme et intelligence artificielle ». Par ailleurs, notre invité d’honneur, le Pr Jean Gabriel Ganascia fera sa conférence sur le thème « Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ? ». Il participera également au forum qui aura lieu le premier jour et qui permettra de débattre sur tous les aspects de l’intelligence artificielle dans la santé. Des spécialistes nationaux et internationaux sur différents sujets (gestion des données de santé, sécurité routière, chirurgie augmentée, humanisme et IA, etc.) viendront débattre avec les plus jeunes qui les intervieweront. Un autre thème majeur de ce congrès sera l’ortho gériatrie. Cette prise en charge de nos aînés doit devenir la norme. Bien sûr, nous ne sommes pas les seuls décideurs mais nous devons tout faire pour faciliter sa réalisation et une table ronde, consacrée à cela, nous aidera à en saisir tous les intérêts et les côtés pratiques. Grâce à l’investissement de certains de nos collègues, notre société a un rayonnement international, et notamment européen. C’est le cas de l’ESSKA dont David DEJOUR est le président et de l’EFORT dont Philippe NEYRET a été le président. Il est important que ces deux sociétés soient mises à l’honneur. Il y aura une session spéciale ESSKA-SFA consacrée aux recommandations en matière de pathologie méniscale et à la pathologie acromio-claviculaire. La table ronde de l’EFORT sera consacrée aux registres, un domaine majeur dans lequel nous sommes encore bien en retard. En dehors de ces éléments plus spécifiques du 95e congrès de la SOFCOT, nous conserverons les principes du grand virage amorcé lors du centenaire et amélioré en 2019. Ainsi, le congrès sera concentré sur trois jours avec la session ORTHORISQ mardi matin 9 novembre. Les parcours par surspécialités (communication, sessions dossiers, tables rondes, symposiums, etc.) seront reconduits. La journée des spécialités aura lieu le mercredi 10 novembre. Il y aura 3 symposia qui traiteront des « fractures péri prothétiques autour du genou », des « ruptures du tendon d’Achille » et de « RAAC ou ambulatoire ». La nation invitée est le Maroc et la société marocaine a prévu d’organiser un symposium. La société mise à l’honneur est la SOFEC et une partie de la table ronde sera consacrée à l’apport de l’intelligence artificielle dans la prise en charge d’un patient depuis la consultation préopératoire jusqu’à son suivi postopératoire. Comme l’an dernier, nous espérons refaire des séances de chirurgie commentées, une sur le pied, une sur l’épaule et une sur le genou. Au niveau de l’exposition, nous souhaitons individualiser un véritable village numérique où nous espérons faire venir beaucoup de start-ups mais aussi de grandes compagnies. Les pauses seront suffisamment longues pour avoir le temps de visiter les stands. Les repas de midi seront pris, comme l’an dernier, au milieu de l’exposition, favorisant la communication et l’échange avec les industriels.

En 2019, notre société a entamé sa grande transformation afin de nous permettre d’être suffisamment bien armés et organisés pour les défis à venir. Le décret sur les CNP paru en 2019 nous a forcé à nous adapter rapidement. Ainsi, la SOFCOT qui était jusqu’à présent la société professionnelle est devenu le CNP-COT c’est-à-dire le CNP de chirurgie orthopédique et traumatologique qui regroupe et organise toute notre profession. Le CNP rassemble par définition toutes les sur- spécialités ainsi que les sociétés associées et partenaires de la Sofcot. L’AOT est l’organe scientifique qui a en charge, entre autres, l’organisation du congrès. Elle va au cours de l’année 2020 changer de nom pour devenir la SOFCOT, Société Savante. Tout ceci est un petit peu compliqué nous en sommes conscients, l’important est que rien ne va changer en pratique dans notre organisation. Il y aura simplement un CNP de chirurgie orthopédique et traumatologique chargé d’organiser la profession et la SOFCOT qui aura en charge le versant scientifique de notre spécialité et en particulier l’organisation du congrès. Il est clair que les deux présidents continueront à travailler main dans la main car les deux organisations sont complémentaires et non concurrentes. Soyez assurés de notre investissement total et permanent au profit de notre société et de notre profession.

Envie d'en savoir plus ?
Suivez-nous