Ce champ est invalide
  • Version
  • fr
  • en

CONGRÈS DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

6-9 Novembre 2017
Palais des Congrès
Paris

Programme complet


lundi 06 novembre 2017

08:00 - 12:45
Grand Amphi
ORTHORISQ : ORTHORISQ

Accréditation des Médecins

Réservé aux membres d’Orthorisq

Sur inscription uniquement

Gratuit pour les membres d’Orthorisq à jour de cotisation

  • Formation obligatoire dans le cadre de l’accréditation
  • Journée annuelle de formation pour la gestion des risques en chirurgie orthopédique et traumatologique

7h30 : Accueil des participants

Orthorisq (OR-03) :
SIAM 2 et Programme d'Accréditation
08h30 / 09h00
Auteur(s) : philippe tracol (cavaillon / france), eric benfrech (cognac / france),
Orthorisq (OR-04) :
Table ronde : Le Patient connecté : Coordinateur : Philippe Tracol
09h00 / 10h15
Auteur(s) : philippe tracol (cavaillon / france), christian cistac (la roche-sur-yon / france), pierre trudelle (paris / france), olivier raspado (lyon / france), jason roberts (glasgow / uk), maroussia galperine (paris / france),
Description :
  • Enquête de pratique : Christian Cistac (La Roche-sur-Yon)
  • La réglementation : Pierre Trudelle (HAS Paris)
  • Les différentes solutions : Olivier Raspado (Lyon)
  • L’expérience de Glasgow : Jason Roberts (Glasgow)
  • L’avis du juriste : Maroussia Galpérine (Paris)
  • L’avis de l’expert : Henry Coudane
Orthorisq (OR-05) :
Communications : Modérateurs : Bruno Tillie (Arras) et Philippe Tracol
10h15 / 11h15
Auteur(s) : bruno tillie (anzin saint aubin / france), philippe tracol (cavaillon / france), olivier galland (lyon / france), patrice papin (gleize / france), oreste ciaudo (nice / france),
Description :
  • Le Risque Assurantiel : Olivier Galland (Lyon)
  • Le Marquage du site opératoire : Patrice Papin (Villefranche-sur-Saône)
  • Gestion Informatique de la pratique de la Chirurgie Orthopédique : Oreste Ciaudo (Nice)
  • Complications de l’analgésie intra et périarticulaire : Philippe Tracol
Orthorisq (OR-06) :
Table ronde : Le Programme Opératoire : Coordinateur : Hervé Foult (Tours)
11h15 / 12h30
Auteur(s) : hervé foult (tours / france), henri bonfait (levallois / france), fabienne dellion (bordeaux / france), guillaume jean (paris / france),
Description :
  • Introduction / Analyse de la base REX : Hervé Foult
  • Résultat de l’enquête : Henri Bonfait (Paris)
  • DMI et DMS : Limiter les risques : Fabienne Dellion (Bordeaux)
  • Logiciel de programme opératoire, retour d’expérience Orateur de SII : Guillaume Jean (Medasys Paris)
  • Conclusion : Barrières nécessaires : Hervé Foult
14:00 - 18:15
Grand Amphi
CONFéRENCE D'ENSEIGNEMENT :
Thématique : Genou|
14:00 - 18:15
Amphi Bordeaux
CONFéRENCE D'ENSEIGNEMENT :
Thématique : Cheville/Pied| Cheville/Pied|Epaule/Coude|Hanche| Epaule/Coude| Hanche|
14:00 - 18:15
Amphi Havane
CONFéRENCE D'ENSEIGNEMENT :
Thématique : Traumatologie|
14:00 - 18:15
salle 352
CONFéRENCE D'ENSEIGNEMENT : Conférences d'enseignement
Thématique : Genou| Genou|Rachis|Tumeur/Infection| Rachis| Tumeur/Infection|
14:00 - 18:15
salle 342
CONFéRENCE D'ENSEIGNEMENT : Conférences d'enseignement : Pédiatrie
Thématique : Pédiatrie|

mardi 07 novembre 2017

08:00 - 10:00
Amphi Bordeaux
TABLE RONDE : Table ronde Franco-Canadienne : Chirurgie conservatrice de la hanche de l'adulte et de l'enfant, Olivier May, Paul Beaulé
Thématique : Hanche|
Modérateur(s) : Paul Beaulé (Ottawa / CANADA), Olivier May (Toulouse / FRANCE),

1- Etat des lieux de la chirurgie conservatrice de hanche au Canada/Amérique du Nord,  en France, Paul Beaulé,

2- Dysplasie de hanche

Traitement par butées acétabulaires, indications, résultats, Philippe Chiron

Traitement par ostéotomies acétabulaires, indications, résultats du groupe Multi-centrique-Anchor, Etienne Belzile

Traitement par ostéotomie de Chiari, indications résultats, Henri Migaud

Traitement par plicature capsulaire sous arthroscopie, indications, résultats, Nicolas Bonin

3- Conflits fémoro-acétabulaires

Définition, épidémiologie, résultats à court et long terme, Martin Beck

Traitement  du versant Acetabulaire, Xavier Flecher

Traitement du versant femoral, Frédéric Laude

4- Synthèse

Indications et Résultats à long terme des arthroplasties de hanche chez les sujets de moins de 40 ans, Julien Girard

Conclusion : Futur de la chirurgie conservatrice actuelle, Paul Beaulé, Olivier May

Plénière (TR01-09) :
Conclusion : Futur de la chirurgie conservatrice actuelle
09h21 / 09h30
Auteur(s) : paul beaule (ottawa / canada), olivier may (toulouse / france),
08:00 - 10:00
salle 342
COMMUNICATIONS ORALES : Communications particulières Genou
Thématique : Genou|
Modérateur(s) : Roger Badet (Lyon / FRANCE), Charles Rivière (Londres / GRANDE BRETAGNE),
Communication Orale (CO-01) :
Conséquence de la hauteur de la coupe osseuse tibiale sur la laxité du genou dans le plan frontal : étude biomécanique cadavérique
08h00 / 08h10
Auteur(s) : elliot sappey marinier (rillieux / france), adrien peltier (lyon / france), romain gaillard (lyon / france), romain gaillard (lyon / france), laurence cheze (lyon / france), elvire servien (lyon / france), philippe neyret (lyon / france), philippe neyret (lyon / france), sébastien lustig (lyon / france), sébastien lustig (lyon / france),

Abstract : Lors de la réalisation d'une prothèse totale de genou (PTG), plusieurs coupes osseuses sont nécessaires notamment au niveau du plateau tibial. L'influence de la hauteur de la coupe tibiale agit directement sur l'espace en flexion et en extension du genou. Nous avons analysé la laxité dans le plan frontal en fonction de la hauteur de la coupe tibiale, en extension et à différents degrés de flexion sur un genou cadavérique. Onze genoux cadavériques, conservés dans du Bromopol, ont été inclus. Les critères d'exclusion étaient un antécédent de chirurgie du genou, une raideur en extension, un morphotype en varus ou valgus supérieur à trois travers de doigt, laxité frontale à l'examen clinique et chondropathie stade 4 à l'incision. Nous avons réalisé une arthrotomie transquadricipitale para-patellaire interne. Nous avons utilisé comme système de navigation Amplitude « Amplivision », recalibré pour chaque cas, (précision

Communication Orale (CO-02) :
Résultats à plus de deux ans des arthroplasties totales du genou ayant nécessité une ostéotomie de l'épicondyle interne pour rééquilibrage ligamentaire.
08h10 / 08h20
Auteur(s) : bruno tillie (anzin saint aubin / france), bruno tillie (anzin saint aubin / france), françois quandalle (anzin saint aubin / france), nicolas tarissi (anzin saint aubin / france), nicolas tarissi (anzin saint aubin / france),

Abstract : L'obtention d'un genou stable après arthroplastie est un impératif difficile à réaliser s'il existe une déformation intra osseuse ou une laxité. Les gestes de libération ligamentaire habituels ont l'inconvénient de leur imprécision dans le réglage des espaces en flexion et/ou en extension. L'ostéotomie de l'épicondyle interne (OEI) dans les varus irréductibles permet une précision dans le réglage de ces espaces par une mobilisation qui peut être différente entre le plan frontal et sagittal. Nous avons voulu vérifier la qualité de la réaxation du membre avec cette technique et comparer les résultats à plus de deux ans des patients ayant bénéficié de ce geste avec une population homogène de patient n'ayant pas reçu ce traitement.Nous avons isolé dans une série prospective continue 31 patients ayant bénéficié d'une OEI avec un recul minimum de 1 an. Cette série a été comparée dans ses résultats à un groupe témoin homogène (GT) de 108 patients ayant le même recul moyen de 25 mois, la même déformation préopératoire en varus de 166°, les mêmes scores douleur (10,7 et 11,9 : p 0,26), genou ( 33,7 et 34 : p =0,91) et fonction (47,6 et 46,4 : p = 0,71). Tous ces patients ont été revus cliniquement et radiologiquement entre 12 et 84 mois.La qualité de réaxation du membre est meilleure dans le groupe OEI que dans le groupe témoin 179,8° pour 175,9°, la différence n'est pas significative. Les scores douleur, genou, fonction sont respectivement de 47,2,94,3 et 85,7 dans le groupe OEI et 48,3,95,8 et 88,7 dans le groupe témoin. Aucune différence significative n'a été retrouvée.Il en est de même pour la flexion: 119) et 120° (p=0,79) Toutes les ostéotomies sont consolidées au 4° mois. La série OEI comporte par ailleurs beaucoup plus de varus avec déformation osseuse extra articulaire : 48% pour 10% dans le groupe témoin.Aucune étude sur ce sujet n'a été publiée, les résultats obtenus, l'absence de complication, la facilité de réalisation nous pousse à promouvoir cette technique. La mobilisation du massif épicondylien interne dans les varus irréductibles permet une précision dans le réglage des espaces en flexion et en extension, aide à la réaxation du membre et ne pénalise ni les suite, ni le résultat fonctionnel de l'arthroplastie.

Communication Orale (CO-03) :
Prothèse totale du genou à préservation des ligaments croisés Vs Prothèse postéro-stabilisée : étude prospective randomisée
08h20 / 08h30
Auteur(s) : frédéric lavoie (montréal / canada), sophie zhu (montréal / canada), fidaa al-shakfa (montréal / canada), pierre sabouret (montréal / canada),

Abstract : There has been a resurgence of popularity in performing bicruciate-retaining (BCR) total knee arthroplasty (TKA) as opposed to the more common posterior-stabilized (PS). BCR may be better for young and active patients since it restores knee kinematics better than other prosthetic designs. However, there is a belief in the community that BCR results in stiffer knees. There is not yet any study that shows clear clinical differences between BCR and PS TKAs. This study aims to clarify this point of contention.A prospective randomized control trial was conducted where patients were randomized to have either BCR or PS TKA implanted using a spacer-based gap balancing technique. A total of 32 BCR and 34 PS knees were evaluated (54 patients). Results were obtained at the preoperative visit and the subsequent postoperative visits up to 2 years and above. In this study, knee range of motion measurements, Knee injury and Osteoarthritis Outcome Score (KOOS), as well as Knee Society (KS) knee and function scores were compared between groups and visits.There was a significant difference in maximum knee flexion between BCR and PS patients at 6 weeks (BCRMean 94.8°, PSMean 113.6°, p < 0.001), 6 months (BCRMean 109.5°, PSMean 123.2°, p 0.017), and 12 months (BCRMean 113.5°, PSMean 126.1°, p 0.003). No significant difference was found between the two groups at 2 years (BCRMean 120.4°, PSMean 128.0°, p 0.087). Similar results were found when the knees with a preoperative maximum flexion ≥130° were analyzed separately. The KOOS and KS knee and function scores were globally similar at every visit between the groups as neither yielded significant differences, with the exception of the KOOS score at 6 weeks that was higher for PS knees.The results confirm the suspicion that BCR TKA results in stiffer knees than PS TKA during the early postoperative period. However the difference in maximum flexion decreased and tended to resolve by the 2-year postoperative visit. The difference also did not seem to have an impact on the various clinical and functional outcome measurements that were collected after 6 weeksBCR TKA does not result in stiffer knees than PS TKA after 2 years. There appears to be a stiffening phenomenon that occurs after BCR TKA compared to PS TKA but it seems to resolve over time. Further investigation on the causes of this phenomenon is warranted. Further follow-up of this patient cohort will provide additional relevant information.

Communication Orale (CO-04) :
PTG sur genu valgum : voie d'abord interne ou externe ? Etude rétrospective comparative de 285 cas à plus de 5 ans de recul.
08h30 / 08h40
Auteur(s) : guillaume villatte (clermont-ferrand / france), guillaume villatte (clermont-ferrand / france), roger erivan (clermont-ferrand / france), emilien engels (clermont-ferrand / france), aurélien mulliez (clermont-ferrand / france), stéphane boisgard (clermont-ferrand / france), stéphane descamps (clermont-ferrand / france),

Abstract : Le choix de la voie d'abord (para-patellaire interne [VI] ou externe [VE]) lors des arthroplasties totales de genou sur genu valgum reste débattu. L'objectif de l'étude était de comparer les résultats cliniques et radiologiques de ces prothèses en fonction de la voie d'abord chirurgicale.Cette étude rétrospective, approuvée par le CPP régional, a inclus toutes les arthroplasties sur genu valgum réalisées entre janvier 2001 et décembre 2010 dans notre service (285 cas). Les patients étaient revus à un minimum de 5 ans, par un examinateur non opérateur évaluant la survie de la prothèse (survenue d'une révision avec dépose des implants) comme critère principal de jugement, des résultats cliniques et fonctionnels (amplitude articulaire, complications, scores IKS – Oxford - HSS patella - SF-12 et KOOS), et des résultats radiologiques (angles HKA, hauteur – centrage et bascule patellaire).Quatre-vingt-six (31%) PTG ont été réalisées par VE et 188 (69%) par VI. Ces 2 groupes étaient comparables au début de l'étude. A 5,3 ans (2,7 – 15,6) de recul, le taux de perdus de vue était de 4,4%. Les taux de survie à 10 ans des 2 groupes étaient sans différence significative (VE : 86,6% [95% IC: 57,2-96,6] ; VI : 93,7% [95% IC : 84,0-97,6]; p=0,34). L'amplitude articulaire était plus élevée de 3,7° (p=0,04) pour le groupe VE. Le taux global de complications était de 26,1% pour le groupe VE et de 19,1% pour le groupe VI sans différence significative (p=0,27). Il n'y avait aucunes différences significatives pour les scores fonctionnels. Les 2 voies d'abord ont rétabli un angle HKA normal (VI :180.3° ; VE :180.7°, p=0.62). La hauteur (p=0,12) et le centrage patellaire (p=0,29) n'étaient pas influencés significativement par la voie d'abord contrairement à la bascule patellaire (VE : 7,4° ; VI : 11,0° ; p=0,001).Les voies d'abord interne et externe permettent d'obtenir des résultats comparables lors des PTG sur genu valgum. La voie externe grâce aux libérations des parties molles qu'elle engendre, permet probablement une meilleure course rotulienne ce d'autant plus que le valgus est important.

Communication Orale (CO-05) :
Prothèse totale de genou et varus préopératoire supérieur à 15° : étude cas-témoin à propos de 280 cas
08h40 / 08h50
Auteur(s) : jordane mouton (rouen / france), romain gaillard (lyon / france), romain gaillard (lyon / france), philippe neyret (lyon / france), philippe neyret (lyon / france), elvire servien (lyon / france), elvire servien (lyon / france), sebastien lustig (lyon / france),

Abstract : L'implantation d'une prothèse de genou (PTG) de première intention sur déformation majeure (>15°) nécessite une gestion des parties molles et des défects osseux qui est faite suivant un algorithme validé. Nous avons souhaité étudier les résultats de ces PTG sur varus important en les comparant à un groupe témoin normo-axé. Notre hypothèse était que les résultats seraient équivalents entre les deux groupes.Les PTG sur varus supérieur à 15° et normo-axées ont été dissociées en 2 groupes grâce à l'angle HKA (Hip Knee Ankle) mesuré sur les pangonomètries, au sein d'une base de données monocentrique prospective de 4216 prothèses. Les caractéristiques cliniques et radiologiques moyennes prés et post-opératoires ont été comparées entre les 2 groupes, ainsi que les complications à moyen terme. Les implants étaient des prothèses postéro-stabilisés par 3ème condyle (laboratoire Tornier-Wright), de différentes générations. Le critère de jugement principal était le score IKS post-opératoire. Les tests de student et du Chi-2 étaient utilisés pour l'analyse des données.280 prothèses avec varus supérieur à 15° et 673 avec HKA pré-opératoire compris entre 177 et 183° ont été opérées entre novembre 1987 et mars 2015, avec un recul moyen de 40,2 mois (12-239 mois). Le groupe varus présentait un flessum plus important (4,45° vs 3,63° ; p= 0,046) et une flexion maximale plus limitée (110° vs 118° ; p= 0,000) en préopératoire. Le score IKS genou moyen pré-opératoire était statistiquement plus important dans le groupe normo-axé (62,65 vs 37,47 ; p=0,001). Au dernier recul, aucune différence significative n'était retrouvée entre les 2 groupes pour le score IKS genou post-opératoire (87,5 dans le groupe varus vs 87,3 dans le groupe normo-axé ; p=0,87). Une différence significative était retrouvée pour le score IKS fonction (73,7 dans le groupe varus vs 79,5 ; p=0,03). Les implants fémoraux et tibiaux étaient significativement plus en varus dans le groupe varus (Angle Fémoral mécanique à 87,7° vs 90,2° ; p

Communication Orale (CO-06) :
Exactitude et précision d'un système de navigation chirurgicale portatif pour prothèse totale de genou. Une étude de 40 cas.
08h50 / 09h00
Auteur(s) : andré ferreira (lyon / france),

Abstract : La survie finale d'une prothèse totale de genou (PTG) dépend directement de l'obtention d'un axe mécanique fémoro-tibial proche de O°. Cependant, si la chirurgie assistée par ordinateur (CAO) semble avoir plus de précision qu'une instrumentation standard son utilisation est limitée en raison du coût, du temps opératoire additionnel et de l'encombrement du matériel. Les nouvelles technologies, ne nécessitant aucune imagerie pré opératoire ni acquisition préalable de repères, moins onéreuses sont-elles tout autant précises et exactes ? Nous rapportons une expérience préliminaire d'un système de navigation portatif basé sur un accéléromètre et un gyromètre reliés par bluetooth à une console d'affichage à usage unique. Ce système permet d'exécuter les coupes distale fémorale et proximale tibiale en réglant le varus-valgus, la flexion-extension fémorale et la pente tibiale indépendamment des implants utilisés. Il s'agit d'une étude prospective, continue, de 40 patients revus à 6 mois avec des mesures goniométriques. La précision et l'exactitude de la coupe tibiale ont été confirmées avec un angle mécanique moyen de 90,1° +/- 1,8 ; tous les patients sauf 2 (5%) avaient un écart inférieur ou égal à 2° à la borne choisie. La pente tibiale recherchée était de 3° et la moyenne obtenue était de 3,2° +/- 1,8. Tous les fémurs étaient orthogonaux ou en valgus avec un angle moyen de 93 ° +/- 2 ; La flexion moyenne était de 5 ° +/- 4 (objectif recherché : 3°). Au final l'angle HKA moyen était de 2,1° +/- 3 avec 75% de patients à +/- 3° par rapport à l'axe 0. Comme le montre la méta-analyse de Mason en 2007, seulement 68,2% des PTG ont un axe à +/- 3 ° avec les méthodes conventionnelles contre 91% avec la CAO. Ce système de navigation portable, moins onéreux qu'une CAO, a confirmé les données de la littérature concernant la précision et l'exactitude de la coupe tibiale en particulier dans le plan frontal ; il demeure précis pour le fémur avec une exactitude un peu inférieure en raison d'une tendance au valgus et à la flexion en utilisant par défaut le réglage à 0°. Comme tous les systèmes de navigation, c'est l ‘acquisition du centre de rotation de la hanche qui est l'élément déterminant du résultat final. La déviation en valgus peut être corrigée manuellement et préventivement afin d'optimiser les résultats.La précision et l'exactitude d'un système portatif de navigation de PTG sont supérieures à celles d'une instrumentation mécanique, se rapprochant de celles d'une CAO mais avec un coût moindre et une plus grande facilité d'utilisation.

Communication Orale (CO-07) :
L'alignement du membre après arthroplastie totale du genou ne prédit pas l'alignement dynamique du membre durant la marche?
09h00 / 09h10
Auteur(s) : charles rivière (londres / grande bretagne), matthieu ollivier (marseille / france), matthieu ollivier (marseille / france), damien girerd (marseille / france), jean-noël argenson (marseille / france), sébastien parratte (marseille / france), sebastien parratte (marseille / france),

Abstract : Un principe de l'arthroplasty totale de genou (PTG) est d'obtenir un alignement neutre du membre (angle HKA) afin de réduire les risques de descellement des implants, de réduire l'usure du polyéthylène et d'optimiser la course rotulienne. Plusieurs études à long terme ont mis en doute ceci parce que la relation entre l'alignement et la survie de l'implant semble plus faible que précédemment rapporté. Nous avons étudié l'hypothèse suivante : L'alignement prothétique statique debout (angle HKA statique) prédit mal l'échec de l'implant car il ne prédit pas l'alignement prothétique dynamique durant la marche. Étude prospective sur une cohorte de 35 patients traités par PTG postero-stabilisée pour arthrose primaire. Trois mois après la chirurgie, chaque patient a eu un pangonogramme et le membre a été classé comme aligné neutre (17 patients) ou varus (9 patients) ou valgus (4 patients). Les patients ont ensuite effectué une analyse de la marche. Le HKA statique est modérément corrélé avec le pic varus (r = 0,318, p = 0,001) et les moments d'adduction moyen et maximal (r = 0,31 et r = -0,352 respectivement – figure 1) durant la marche. Aucune corrélation significative entre le HKA statique et le HKA dynamique moyen (r = 0,14, p = 0,449)(figure 2). Aucune différence n'a été trouvée pour les paramètres frontaux dynamiques (HKA et moment d'adduction dynamiques) entre les patients définis comme alignés neutres ou varus.Le HKA statique après PTG a peu de valeur pour prédire le comportement dynamique du membre pendant la marche. Ceci pourrait expliquer pourquoi l'alignement coronal debout après PTG peut avoir une influence limitée sur la fixation à long terme d'implant et l'usure.

Communication Orale (CO-08) :
Pas de supériorité en terme de bénéfice clinique des PTG assistées par ordinateurs après 10 ans de recul.
09h10 / 09h20
Auteur(s) : matthieu ollivier (marseille / france), matthieu ollivier (marseille / france), jean-noël argenson (marseille / france), jean-noel argenson (marseille / france), sébastien parratte (marseille / france), sébastien parratte (marseille / france), xavier flecher (marseille / france), ludovic lino (marseille / france),

Abstract : La chirurgie assistée par ordinateur (CAS) dans les prothèses totales du genou (PTG) a été développée pour améliorer le positionnement des implants et restaurer un axe mécanique neutre. Nous avons émis l'hypothèse que les PTG réalisées avec CAS présenteraient une meilleure fonction évaluée des scores rapportés par nos patients validés, et permettrait d'augmenter la survie des implants.80 patients opérés pour une PTG entre janvier 2004 et décembre 2005 ont été répartis au hasard en deux groupes en utilisant soit la technique CAS, soit une technique conventionnelle (Conv°). Tous les patients ont été opérés selon la même technique en utilisant le même implant cimenté. Dans le groupe CAS, une intervention chirurgicale spécifique utilisant un système de navigation par ordinateur sans imagerie a été effectuée. Il y avait 21 femmes et 19 hommes dans chaque groupe; L'âge moyen était de 66 ans (58-77 ans) et l'indice de masse corporelle moyen était de 27.4 kg/m2. Le positionnement des implants était postopératoire était significativement supérieur dans le groupe CAS vs Conv°. Àu recul minimal de 10 ans, nous avons évalué les résultats fonctionnels subjectifs et la qualité de vie à l'aide de questionnaires validés (SF-12, Knee injury and Osteoarthritis Outcome Score [KOOS] et le Knee Society Score [KSS]. Nous n'avons pas trouvé aucune différence entre les groupes en ce qui concerne le score de SF-12 (respectivement pour les patients CAS et Conv°, SF-12 physique: 72±12 vs 73±13 p=0,9, SF-12 mental: 75±8 vs 73±10 p=0,3), ainsi que pour tous les sous-scores KOOS (tous p> 0,1). Enfin, le nouveau score KSS n'était pas statistiquement différent entre les groupes avec un score moyen objectif de 81±13 pour les patients CAS vs 79±12 pour Conv° (p = 0,5) et un score subjectif moyen de 83±11 vs 85±12 (p=0,5 ). Avec le nombre de patient disponible, il n'existant pas de différence entre le groupe CAS et Conv° en termes de survie sans descellement.Nos observations suggèrent que le CAS utilisé pour le placement TKA avec la restauration d'un axe mécanique neutre que la cible ne confère aucun avantage substantiel dans la fonction, la qualité de vie ou de survie à 10 ans après TKA.

Communication Orale (CO-09) :
Comparaison des résultats à 10 ans d'une série de prothèses Unicompatimentales et Tricompartimentales faites par le m^me chirurgien pendant la m^me période .
09h20 / 09h30
Auteur(s) : michel bercovy (paris / france),

Abstract : Hypothèse : les prothèses unicompartimentales (PUC) ont un meilleur résultat fonctionnel que les prothèses tricompartimentales ( PTG) pour une morbidité inférieure L'objectif de cette étude était de comparer les résultats d'une série de PUC et de PTG implantées par le même chirurgien au cours de la même période.Entre septembre 2008 et Décembre 2009, 54 PUC et 207 PTG ont été implantées par le même chirurgien dans les mêmes conditions techniques per et post opératoires. Les résultats ont été évalués avec un minimum de 5 ans de recul sur les scores IKS ( genou et fonction), la douleur quantifiée en score visuel analogique (VAS), le pourcentage de "genoux oubliés", l'activité basée sur le score UCLA enfin sur les pourcentages de complications et de révisions. L'age, le genre, la BMI et le recul étaient identiques pour les deux groupes.Au dernier recul, dans le groupe PUC la flexion moyenne était de 133° ( 100°-150°), le score genou IKS était de 95(45-100), le score fonction de 97(0-100), la douleur VAS de 0,9/10, 37,5% des genoux étaient totalement "oubliés" et le score UCLA était de 7,06/10. Dans le groupe PTG, la flexion était de 127° ( 95°-155°) (p

Communication Orale (CO-10) :
Réalisation de la coupe tibiale dans les prothèses uni compartimentales médiales de genou par l'utilisation des guides de coupe personnalisés. Série prospective de 32 cas.
09h30 / 09h40
Auteur(s) : thomas gicquel (35000 / france), thomas gicquel (rennes / france), jean christophe lambotte (rennes / france), jean-christophe lambotte (rennes / france), antoine marchand (rennes / france), harold common (rennes / france), harold common (rennes / france), jean-louis polard (rennes / france), nabil najihi (rennes / france), frederic basselot (rennes / france), denis huten (rennes / france),

Abstract : L'orientation et la hauteur de la coupe tibiale dans les Prothèses Uni Compartimentales médiales (PUCm) de genou conditionnent le positionnement des implants tibiaux et (dans la technique des coupes dépendantes) fémoraux et l'alignement du membre inférieur. Notre objectif principal était de déterminer le taux de succès de l'utilisation du guide de coupes personnalisé tibial (GCPt) pour l'obtention d'une coupe tibiale correctement réalisée (orientation frontale [OF], orientation sagittale [OS] et hauteur de coupe [HC]). L'objectif secondaire étaient d'identifier les causes éventuelles d'échec.32 genoux ont été opérés d'une PUCm avec GCPt et coupe fémorale dépendante. En pré opératoire les données radiographiques et de planification du GCPt étaient recueillies. En per opératoire, une station de navigation mesurait l'alignement du membre et la position du GCPt et de la coupe à différents temps d'utilisation du guide (guide posé sur l'os, fixé à l'os et coupe réalisée). La HC était mesurée au pied à coulisse en fin d'intervention par la mesure de la pièce de résection. A 6 mois post opératoire, l'orientation (OF et OS) de la coupe tibiale était mesuré sur un pangonogramme. Comparativement aux valeurs planifiées, l'échec était défini par un positionnement : au-delà de 4° (OF et OC) ou 3 mm (HC) en per opératoire (dans ce cas la procédure était interrompue) ; de plus de 1,5 mm à la mesure au pied à coulisse de la HC ; ou de plus de 2° (OF et OC) sur les radiographies à 6 mois. Les analyses statistiques ont été effectuée avec le logiciel SAS 9.4® (seuil de significativité de 5%).Deux genoux n'ont pu être évalués complètement (1 perdu de vu, 1 fracture péri prothétique). Pour 10 genoux la procédure a été interrompue en per opératoire. Sur les 20 genoux restants, 19 avaient une HC correcte, et à 6 mois, 12 avaient une OF correcte et 15 une OS correcte, mais seuls 9 réunissaient les trois critères soit un taux de succès global de 30% (9 sur 30). Les mesures per opératoires de position du GCPt montraient des différences significatives (p

Communication Orale (CO-11) :
Évaluation de la précision d'implantation d'une prothèse unicompartimentale de genou utilisant un guide de coupe personnalisé.
09h40 / 09h50
Auteur(s) : etienne belzile (québec / canada), geoffroy rivet-sabourin (québec / canada), marc bédard (québec / canada), hugo robichaud (québec / canada), michèle angers (québec / canada), martin bédard (québec / canada),

Abstract : La précision d'implantation d'une prothèse de genou unicompartimentale (PUC) est un facteur important qui influence sa survie à long terme. Cette étude mesure la précision pour une PUC effectuée à l'aide de guides de coupe personnalisés, et la compare aux résultats rapportés évaluant une implantation réalisée soit à l'aide d'outils manuels génériques, soit par assistance robotique.Étude cadavérique intéressant 10 spécimens frais décongelés de genou. Une modélisation 3D des spécimens est obtenue à partir d'images par résonance magnétique, puis traitée afin de créer les guides de coupe. L'implantation des PUC internes est réalisée par trois chirurgiens experts dont l'expérience avec la prothèse varie de nulle à expert (plus de 25 cas), dans une proportion égale. Les spécimens opérés sont numérisés par scanner optique 3D (précision 0.1 degré et 0.1mm). La position finale de l'implant est comparée à celle planifiée par ordinateur. Les différences sont exprimées de façon globale par une moyenne quadratique (rms) faisant la sommation des variables: distances antéro-postérieure, médio-latérale et proximale-distale pour la translation; et flexion-extension, varus-valgus et interne-externe pour la rotation.La différence moyenne de la translation globale de la PUC est de 0.9mm (0-2.25 ; 0.98), tandis que la différence moyenne de rotation est de 2.2 degrés (0.04-3.08 ; 1.03). La technique ne démontre pas de différence dans la précision tant pour la composante fémorale que tibiale. Pas de différence dans la qualité d'implantation selon l'expérience du chirurgien (p=0.86).La précision d'implantation d'une PUC avec guides de coupe personnalisés est supérieure à celle avec une instrumentation manuelle (Cobb et al rapportent une erreur globale de 2.2mm et de 5.5 degrés). L'assistance par robotique donne une précision de 1.1 - 1.3mm, et de 2.4 degrés (Cobb et Dunbar). L'utilisation d'un système personnalisé permet d'atteindre le même niveau de précision, mais à un coût moindre. De plus, l'expérience du chirurgien n'influence pas la qualité d'implantation.L'implantation d'une PUC par système personnalisé permet de reproduire dans un modèle cadavérique une excellente précision, identique à celle utilisant une assistance par robotique. Des études cliniques subséquentes validant cette précision et sa répercussion sur l'axe mécanique du membre et la survie des implants sont requises.

Communication Orale (CO-12) :
Les prothèses unicompartimentales du genou permettent-elles des résultats supérieurs à ceux des prothèses totales du genou chez la personne âgée de plus de 75 ans? Résultats d'une étude rétrospective comparative.
09h50 / 10h00
Auteur(s) : maxime fabre aubrespy (marseille / france), matthieu ollivier (marseille / france), matthieu ollivier (marseille / france), sébastien pesenti (marseille / france), sébastien pesenti (marseille / france), sébastien parratte (marseille / france), sébastien parratte (marseille / france), jean-noël argenson (marseille / france), jean-noel argenson (marseille / france),

Abstract : Les avantages de la prothèse unicompartimentale (PUC) par rapport à une prothèse totale de genou (PTG) sont bien définis dans la population générale. En revanche, son intérêt chez la personne âgée à risque de complications péri-opératoires et avec une demande fonctionnelle moins importante est peu étudié. Notre hypothèse était que la PUC médiale représentait une alternative à la PTG pour le traitement de la gonarthrose localisée du sujet âgé de plus de 75 ans. Pour cela, nous avons comparé chez ces patients 1) les résultats fonctionnels, 2) le Forgotten Joint score et 3) le taux de survie des PUC par rapport aux PTG.101 patients ont été inclus dans le groupe PUC et appariés au groupe PTG selon l'âge, le sexe, l'IMC et le score préopératoire de la Knee Society. Les critères d'inclusions étaient : patients âgés de 75 à 90 ans, gonarthrose primaire ou ostéonécrose. Un observateur indépendant a analysé à 1 et 2 ans puis tous les 5 ans 1) les résultats fonctionnels (scores KSS et KOOS), 2) le Forgotten Joint score et 3) le taux de survie du groupe PUC et du groupe PTG. Au dernier recul, le score KSS était meilleur dans le groupe PUC par rapport au groupe PTG (respectivement KSS fonction 82,812,2 vs 79,213,1 points (p=0,0448) et KSS genou 88,28,9 vs 82,312,5 points (p=0,0005)). Le KOOS était également meilleur dans le groupe PUC (p

08:00 - 08:30
salle Passy
TABLE RONDE : Cercle Nicolas Andry : communications
Modérateur(s) : Alain Fabre (Breuillet / FRANCE), Thierry Fabre (Bordeaux / FRANCE), Michel Rongières (Toulouse / FRANCE),

8h-8h30 : Communications (8mn + 5 mn de discussion générale)

Modérateurs :  Alain Fabre (Saintes) et Michel Rongières (Toulouse)

  • Comment réussir une communication lisible et attrayante avec power point ? Adalbert Kapandji (Paris)
  • Les stries dites de croissance de Park et Harris. Pierre Lascombes (Genève)
  • Effet tunnel et team working. Comment transférer ce qui fonctionne dans un cockpit au bloc opératoire ?  Patrick Houvet (Paris)
08:00 - 10:00
salle Ternes Neuilly
TABLE RONDE : session du CJO (Collège des Jeunes Orthopédistes) : faut-il laisser opérer les internes ?
Modérateur(s) : Marc-Olivier Gauci (Nice / FRANCE), Robert Turcotte (Montréal / CANADA), Jean-Pierre Henry ( / ), Henry Coudane (Nancy / FRANCE),
  • L’interne au bloc opératoire : quel cadre juridique ? Henry Coudane (Nancy)
  • Navigation, simulateurs, vols de lâché : des techniques de formation de pilotes de l’air au service des jeunes chirurgiens, Jean-Pierre Henry
  • Formation pratique des jeunes chirurgiens au Canada : des changements majeurs en cours, Robert Turcotte (Montréal, Québec)
  • Résultats de l’enquête CJO 2017 : Doit-on laisser opérer les chirurgiens en formation ? Marc-Olivier Gauci (Nice)
  • point de vue des internes
  • point de vue des coordonnateurs
  • Discussion
08:30 - 10:00
Grand Amphi
SYMPOSIUM : Traitement chirurgical des métastases osseuses du rachis et des membres, Paul Bonnevialle (Toulouse), Frédéric Sailhan (Paris)
Thématique : peripheral bone metastasis|
Modérateur(s) : Paul Bonnevialle ( / FRANCE), Frédéric Sailhan (Paris / FRANCE),

Orateurs : Philippe Anract (Paris), Benjamin Blondel (Marseille), Yann–Philippe Charles (Strasbourg), Charles Court (Paris), Thierry Fabre(Bordeaux), Antoine Feydy  (Paris), François Gouin (Nantes), Antoine Italiano (Bordeaux), Xavier Flecher (Marseille), Christian Mazel (Paris), Mickael Ropars (Rennes)

  • Introduction : justifications du symposium, état de l’art, méthodologie, Paul Bonnevialle et Frédéric Sailhan                                                                                   
  • Physiopathologie de l’ostéolyse métastatique, François Gouin
  • Que doit connaitre le chirurgien de la prise en charge médicale  (contrôle de la maladie métastatique et de l’ostéolyse, radiothérapie) ?  Antoine Italiano
  • Qu’attend le chirurgien du radiologue (imagerie diagnostique et  interventionnelle ?  Antoine Feydy
  • Présentations des études rétrospectives/prospectives  et questions flash, Rachis : Benjamin Blondel, Yann-Philippe Charles, Christian Mazel - Membres : Thierry Fabre, Xavier Flecher, Mickael Ropars  
  • Stratégie face à une métastase rachidienne, Charles Court
  • Stratégie face à une métastase du squelette périphérique, Philippe Anract
  • Conclusion : messages à emporter,  perspectives, Paul Bonnevialle et Frédéric Sailhan
Introduction : justifications du symposium, état de l'art, méthodologie
08h30 / 08h40
Auteur(s) : paul bonnevialle (toulouse / france), frédéric sailhan (paris / france),
Physiopathologie de l'ostéolyse métastatique
08h40 / 08h50
Auteur(s) : françois gouin (nantes / france),
Présentations des études rétrospectives/prospectives et questions flash, Rachis
09h10 / 09h20
Auteur(s) : benjamin blondel (marseille / ), yann phillipe charles (strasbourg / france), christian mazel ( / ),
Présentations des études rétrospectives/prospectives et questions flash, - Membres
09h20 / 09h30
Auteur(s) : thierry fabre (bordeaux / france), mickael ropars (nantes / france),
Stratégie face à une métastase rachidienne
09h40 / 09h45
Auteur(s) : charles court (paris / france),
Conclusion : messages à emporter, perspectives
09h50 / 10h00
Auteur(s) : paul bonnevialle ( / france), frédéric sailhan (paris / france),
08:30 - 10:00
Amphi Havane
DISCUSSION DE DOSSIER : Discussion de dossier : infantile
Thématique : Pédiatrie|
Modérateur(s) : Pierre Journeau (Nancy / FRANCE), Corinne Bronfen (Caen / FRANCE), Bruno Dohin (Saint Etienne / ),

coordonnateur : Pierre Journeau (Nancy)

co-experts : Corinne Bronfen (Caen), Bruno Dohin (Saint-Etienne)

08:30 - 10:00
salle 352
DISCUSSION DE DOSSIER : Discussion de dossier : cheville/Pied
Thématique : Cheville/Pied|
Modérateur(s) : Thomas Bauer (Boulogne-Billancourt / FRANCE), Jean-Yves Coillard (Lyon / FRANCE), Fabrice Gaudot (Garches / FRANCE),

Coordonnateur : Thomas Bauer

co-experts :  Jean-Yves Coillard (Lyon), Fabrice Gaudot (Paris)

08:30 - 10:00
salle Passy
TABLE RONDE : Cercle Nicolas Andry - Table ronde-débat : « La chirurgie dans tous ses états. A propos du Manifeste de chirurgiens en révolte »
Thématique : Thème de l'année : Obligations et Pragmatisme|
Modérateur(s) : Pierre Devallet (Montauban / FRANCE), Pierre-Olivier Pinelli (Marseille / FRANCE), Frédéric Dubrana (Brest / FRANCE), Hervé Thomazeau (Rennes / FRANCE), Philippe Rosset (Tours / FRANCE), Alain Charles Masquelet (Paris / FRANCE),

Animateurs : Frédéric Dubrana (Brest) et Pierre-Olivier Pinelli (Marseille), 

Débateurs : Pierre Devallet (Montauban), Alain C Masquelet (Paris), Philippe Rosset (Tours), Hervé Thomazeau (Rennes

08:30 - 10:00
salle 351
TABLE RONDE : 08 : 30 10 : 00 Table ronde : Biomécanique– SOFAMEA – SOFCOT, Patricia Thoreux (Paris), Raphaël Dumas (Lyon)
Modérateur(s) : Raphaël Dumas (Lyon / FRANCE), Patricia Thoreux (Paris / FRANCE),

Moyens d’exploration et d’analyse fonctionnelle pour les prothèses de genou : utilisation et utilité en pratique courante

Modérateurs : Patricia Thoreux (Bobigny), Raphaël Dumas (Lyon)

Binôme 1 : Cinématique 3D tibio-fémorale : comparaison pré et post PTG

  • Laurence Chèze (Université Lyon 1)
  • Sébastien Lustig (Groupement hospitalier Lyon Nord)

Binôme 2 : Mesure ‘en direct’, prédiction de l’usure et des débris dans les PTG

  • Jean Geringer (Ecole des Mines de St Etienne)
  • Rémi Philippot (CHU Saint Etienne)

Binôme 3 : Analyse quantifiée de la marche pour le suivi des PTG

  • Alice Bonnefoy (Université de Genève)
  • Pierre Marz (CHU Dijon)

Binôme 4 : Influence du dessin des implants des PTG sur la biomécanique articulaire prothétique

  • Patrick Chabrand (Université d’Aix Marseille)
  • Matthieu Ollivier (APHM, Hôpitaux Sud)
Binôme 1 : Cinématique 3D tibio-fémorale : comparaison pré et post PTG
08h30 / 08h30
Auteur(s) : laurence cheze (lyon / france), sébastien lustig (lyon / france),
Binôme 2 : Mesure ‘en direct', prédiction de l'usure et des débris dans les PTG
08h40 / 08h50
Auteur(s) : jean geringer (saint etienne / france), remi philippot (saint priest en jarez / france),
Binôme 3 : Analyse quantifiée de la marche pour le suivi des PTG
08h50 / 09h00
Auteur(s) : alice bonnefoy (geneve / suisse), pierre marz (dijon / france),
RECHERCHER PAR
×

Actualité

ouverture des inscriptions au congrès

15 mars

Date limite pour la soumission des résumés

27 mars 2017 (minuit)

Confirmation d’acceptation des résumés

15 juin 2017

Tarif préférentiel d'inscription au congrès pour les membres SOFCOT à jour de cotisation

Jusqu’au 1er juillet

Programme définitif

Octobre

Inscription au tarif préférentiel

Jusqu’au 15 septembre inclus

Inscription sur place

après le 30 octobre inclus

Accès rapide

Inscription

Inscrivez-vous en ligne

Hébergement

Consultez la liste des hôtels disponibles et réservez en ligne

Programme

Consultez le programme du congrès

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez les informations du congrès

SOFCOT

Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

©2015-17 Tous droit resrever - www.sofcot-congres.com - Conception et développement PIXEL up, Développement site internet Mareille PACA